Travaux

Quels travaux permettent un crédit d’impôts ?

Votre habitation principale fait l’objet de travaux d’isolation, ou visant à réduire ses dépenses énergétiques ? Vos démarches, figurant dans les efforts de transition énergétique, vous donnent accès à un crédit d’impôt, dont voici les tenants et aboutissants.

Vérifier son éligibilité au programme

Pour prétendre à ce crédit d’impôt, il faut souligner que les travaux doivent cibler la résidence principale. Peu importe sous quel titre vous y habitez : occupant à titre gratuit, locataire ou propriétaire. La meilleure façon de vérifier votre éligibilité est de faire des simulations, c’est simple avec les sites de défiscalisation qui sont légions en ligne. Si votre situation vous y donne accès, vous compterez sur 30 % de crédit d’impôt avec le CITE, dénomination officielle du dispositif. En sachant que cette défiscalisation concerne certains travaux spécifiques, il faudra également remplir quelques conditions.

Il faut attendre au moins 2 ans après l’achèvement du logement pour engager lesdits travaux. Seules les dépenses payées jusqu’au 31 décembre 2019 peuvent faire l’objet de réduction. Notez, en outre, que ces dépenses sont plafonnées selon la situation du demandeur. Une personne divorcée, veuve ou célibataire bénéficiera du CITE pour des dépenses n’excédant pas les 8 000 euros. Si soumis à imposition commune, le couple y aura droit pour un maximum de dépenses de 16 000 euros. Une majoration de 400 euros par personne à charge s’applique sur ces dépenses maximales. Retenez que ces dépenses doivent être engagées dans le cadre de travaux réalisés par une entreprise, ou par un sous-traitant de celle-ci. Une certification RGE est d’ailleurs exigée de ces intervenants, pour certaines catégories de travaux.

Les travaux soumis au crédit d’impôt CITE

Il existe de nombreux travaux répondant à la finalité de transition énergétique et pouvant vous faire profiter de crédit d’impôt. Parmi ceux-ci, l’on relève en particulier la dépose d’une cuve à fioul. L’initiateur de cette démarche peut prétendre à une défiscalisation équivalente à 50 % des dépenses engagées, contre 30 % pour la plupart des autres travaux. Ceux-ci incluent, entre autres, le diagnostic de performance énergétique initié sans obligation par l’occupant. Dans la même lignée, l’installation d’une chaudière HPE est éligible pourvu qu’elle ne fonctionne pas au fioul. Les travaux visant une production d’énergie type système PVT, ou système solaire combiné, sont également concernés. Hormis les modèles air/air, l’installation de pompes à chaleur figure également à la liste des travaux avalisés pour bénéficier de ce crédit d’impôt.

Le recours à une source d’énergie renouvelable constitue le grand impératif pour que les dépenses en équipements de chauffage soient prises en compte. Pourvu qu’il s’agisse d’autres dispositifs que les portes ou les fenêtres, l’installation de matériaux d’isolation thermique vous donne également accès au CITE. Il peut s’agir aussi bien de l’isolation des toitures-terrasses, du sol, des murs par l’extérieur ou par l’intérieur, ou encore des combles. Le passage à des fenêtres double vitrage, en remplacement d’ouvertures en simple vitrage, sera également considéré. Notez, seulement, que les dépenses pour ce genre de travaux sont plafonnées à 100 euros pour un taux de déduction de 15 % le coût des travaux. Les contribuables des départements d’outre-mer peuvent prétendre au CITE pour d’autres travaux ne figurant pas dans cette liste, d’ailleurs non-exhaustive.

Laisser un commentaire