Accueil » Maison » Quel est le meilleur isolant thermique pour les murs d’une maison ?

Réduire la consommation énergétique, profiter d’un meilleur confort thermique, valoriser le patrimoine, les raisons de mettre en place une isolation thermique performante dans la maison sont très nombreuses. Mais encore faut-il savoir choisir l’isolant le plus adapté. Voici quelques conseils.

Déterminer la conductivité thermique

Les murs sont à l’origine de 20% des pertes thermiques dans la maison. Il figure dans le top 3 des zones les plus sujettes à la perte de chaleur, un classement qui inclut la toiture (30%) et les vitrages (15%). À savoir qu’en France, le parc de logement est constitué de murs mal isolés dans la plupart des cas. Au moment d’envisager l’achat d’une maison ou d’un appartement, renforcer l’isolation est à inclure en tête de la liste des travaux de rénovation à réaliser. Sa mise en œuvre ne se fait pas au hasard. Il est crucial de bien choisir le type d’isolant pour profiter d’un confort thermique optimal. Pour cette sélection, il faut se reposer sur certains critères à commencer par la conductivité thermique. Désignée par le coefficient λ (lambda), cette conductivité thermique est exprimée par l’unité W/(m.K). Elle correspond à la capacité d’un matériau à transmettre la chaleur. On admet que plus cette conductivité thermique est basse, plus l’isolant est performant. Dans le même sens, il est également indispensable de prendre en compte la résistance thermique du matériau. Tant qu’elle est élevée, cela signifie que l’isolation sera optimale.

Prendre en compte l’épaisseur de l’isolant

Au moment de réfléchir à l’isolation des murs, l’épaisseur est un point important à ne surtout pas sous-estimer, à plus forte raison si l’isolation s’effectue par l’intérieur. Une des faiblesses de ce type d’isolation est en effet d’entraîner la réduction de la surface habitable. Un isolant épais est certes gage de confort thermique, mais il a pour inconvénient de rendre les pièces de la maison beaucoup plus petites. L’idéal serait donc de trouver un isolant à la résistance thermique élevée, mais offrant un très faible encombrement. Cette épaisseur devra correspondre aux exigences basse consommation énergétique ou basse énergie et surtout, durer dans le temps puisqu’il faut savoir qu’au fil des années, l’isolant a tendance à se tasser. (Voir ici pour des astuces sur l’isolation).

Les différents types d’isolants pour les murs

Comme on l’a vu plus haut, plus un isolant a une faible conductivité thermique, plus il est performant. Dans la foulée, il est donc préférable qu’il soit aussi fin. Parmi les matériaux qui répondent aisément à ces critères figurent le polyuréthane offrant une épaisseur de 12 cm environ pour une conductivité thermique λ de 0,022 à 0,026 W/m.K. Viennent ensuite le polystyrène extrudé (16 cm d’épaisseur pour un λ de 0,029 à 0,035) et le polystyrène expansé (18 cm d’épaisseur pour un λ de 0,032 à 0,038). Si ces isolants sont performants, ils ont l’inconvénient d’être peu écologiques. Ainsi, ceux qui cherchent des matériaux plus respectueux de l’environnement peuvent s’orienter vers la laine de roche, la laine de verre, la ouate de cellulose, la fibre de bois ou encore la laine de mouton. Par contre, l’isolant chaux-chanvre, les bottes de paille et le liège sont déconseillés, car ils ont une haute conductivité thermique et une épaisseur trop importante.

Commentaires fermés